Les « 50 ans » de la Commune de Faa’a

   Photo aéroportL’arrêté n° 173 AA institue Faa’a comme commune de Polynésie Française le 30 janvier 1965, le 3ème district de Polynésie Française à devenir une commune, après Papeete et Uturoa.
Avant cette date, Faa’a était un district et a porté plusieurs noms. TETAHA en premier lieu, nom donné par le grand prêtre Teraiatua de Hitiaa o te ra puis TEFANA I AHURAI avant de devenir FAA’A.

C’était un district géré par un chef élu par le Conseil des districts. Il avait un rôle d’officier d’état civil. Le budget du district était fixé par l’assemblée territoriale, l’administrateur d’État en charge du district et était alimenté par « une ristourne sur les droits d’entrée ». Le plus connu était « tavana » Aubry, de 1934 à 1953. Maçon de métier et grand propriétaire terrien, il fait construire l’école Notre Dame des Anges.
En 1962 Faa’a comptait 3 700 habitants. La population était descendue à un millier en 1920 à la suite de la terrible épidémie de grippe espagnole. Cette population a rapidement crû avec l’arrivée du CEP et les grands travaux qui l’ont accompagné : la piste, trois cités d‘hébergement militaires et administratives (Cité de l’air, Camp du Bimat, lotissement Bopp Dupont). Plusieurs cités émergent pour loger les familles en provenance des îles créant un exode rural intense. Le nombre d’habitants de 1962 a été multiplié par 8 en cinquante ans !
L’arrivée du CEP et l’irruption massive de militaires a créé un bouleversement éclair de la société polynésienne causant ainsi un déséquilibre et une rupture brutale avec les temps anciens.

Trois maires historiques depuis 1965

1 – Francis Sanford, fondateur 

HIST-10-1Né le 11 mai 1912, mort le 21 décembre 1996. Cet ancien instituteur puis cadre administratif est devenu maire de Faa’a lors de la première élection en 1965. Chef de file du parti Ea Api, il plaide pour l’autonomie de la Polynésie. En 1968, il obtient du président de la République la levée de l’interdiction de séjour de PouvanaaOopa. Fondateur avec John Teariki et Frantz Vanizette du mouvement « Front uni » pour l’autonomie interne, il milite pour qu’un nouveau statut soit appliqué à la Polynésie, ce qui sera chose faite en 1977.

2 – Alfred Helme, constructeur

Alfred HELME décoré (RFO)Né à Papeete en 1916, décédé en 2013. C’est un ancien combattant très renommé des Forces navales françaises libres lors de la Deuxième guerre mondiale (Croix de guerre, médaille du Mérite et chevalier de la Légion d’honneur). Adjoint de Francis Sanford dès 1965, il lui a succédé en 1977 quand celui-ci a été appelé à diriger la Polynésie autonome. Il perd son mandat en 1983, face à Oscar Temaru. Maire discret, Alfred Helme a laissé sa trace à Faa’a : il a ouvert le CJA et des écoles (Oremu).

3- Oscar Temaru, passeur du présent à l’avenir :

DSC_01232Né à Faa’a le 1er novembre 1944, son service militaire dans la Marine lors de la guerre d’Algérie le marque profondément et entraîne des réflexions humanistes décisives pour son avenir. En 1964, il intègre le service des douanes à Tahiti. Il fonde en 1977 le Front de libération de la Polynésie qui deviendra en 1986 le Tavini huiraatira no te ao maohi. Et c’est sous ces couleurs qu’il deviendra maire de Faa’a le 13 mars 1983, et demeure sans interruption le premier magistrat de sa commune jusqu’à présent. Catholique pratiquant, il se montre soucieux du bien-être des administrés, il dote la commune de l’eau potable aux normes de l’OMS, développe les infrastructures scolaires et sportives, soutient les actions sociales en faveur des familles déshéritées que le reflux du CEP laissent sans revenu. Il ambitionne pour Faa’a le rôle de commune pilote dans tous les domaines.

Sous son égide, la commune de Faa’a a été jumelée entre autre, avec la ville de Jiangyin en Chine et avec celle de Canala en Nouvelle Calédonie.

Elu à l’assemblée territoriale en 1986, Président du Pays en 2004 et réélu 5 fois de 2004 à 2014. Il entame son 6ème mandat de Maire. Le 17 mai 2013 après 35 ans de travail sans relâche auprès de la communauté internationale. « MAOHI NUI » est réinscrite sur la liste des Pays à décoloniser.

« Faa’a a un grand avenir économique devant elle. »

50 ANS APRES…L’EVENEMENT…THE GOLDEN AGE

 Logo 50 ansbleu orEn 50 ans de nombreuses évolutions ont bouleversé les habitants de Faa’a, sur le plan démographique, social, économique, culturel ou encore politique.

Des projets aux réalisations, c’est un véritable patrimoine qui a été constitué.

Un anniversaire va célébrer ce cinquantenaire du 26 au 31 janvier 2015.

Cet évènement se déroulera sur deux sites, la Mairie de Faa’a et le Motu Ovini de Vaitupa.

A LA MAIRIE DE FAA’A 

-          Action phare : Des expositions auront lieuen journée, de 8h à 16h afin de permettre aux visiteurs de voyager au travers des 50 ans écoulés.

5 thématiques :

-          L’évolution Institutionnelle et Politique de la ville

-          L’évolution Sociale-Démographique et Economique

-          L’évolution du Sport et des Associations

-          L’historique des confessions religieuses

-          L’évolution Culturelle

Des guides seront à la disposition des visiteurs du 26 au 30 janvier et pourront ainsi accompagner des groupes de 10 à 15 personnes.

Les visites se feront sur inscription du 8 au 22 janvier auprès de Annie EBB du service communication en contactant le 40.800.960

-          Réalisation du graff par le vainqueur du concours sur la façade du bâtiment Rautea du lundi 26 janvier au 30 janvier 2015

-          Animation des journées par des musiciens de la commune

-          Activités culturelles

AU MOTU OVINI DE VAITUPA (HEIRI) :

Des soirées festives sont prévues de 19h à 22h. L’ensemble des quartiers de Faa’a se sont mobilisés afin de présenter des spectacles de chants et de danses sur le thème des « 50 ans de la commune de Faa’a ».

DSC_00772 DSC_00902 DSC_01222 DSC_00242 DSC_00322