Contrat de Ville

Historique du Contrat de Ville

Logo Cucs La Politique de la ville a été instaurée en Polynésie française en 1994 sous l’impulsion de l’Etat local, le Haut-commissariat, dans le cadre du contrat de développement 94-99.

De 1994 à 1999, les services de l’Etat et la Trésorerie Générale gèrent le dispositif en concertation avec les communes afin d’accompagner la mise en œuvre du contrat de ville de l’agglomération de Papeete dans les communes prioritaires. L’évaluation de cette période plaidera pour la formation de compétences locales et une implication plus grande des communes dans le processus décisionnel.

En 2000, le Groupement d’Intérêt Economique des Aménageurs DE France (GIE ADEFRANCE) est missionné pour conduire le dispositif et former les chefs de projet des communes au montage de projet.

En 2004, les acteurs locaux sous l’impulsion des communes ont décidé d’instituer une structure locale pour gérer ensemble le Contrat de ville.

CUCS_organisation-réseauAinsi, un syndicat mixte composé des sept communes de l’agglomération concernées (Mahina, Arue, Pirae, Papeete, Faa’a, Punaauia et Paea) et de la collectivité territoriale qu’est la Polynésie française a vu le jour le 25 avril 2005.

Le CUCS apporte sa contribution dans les domaines de :

  • Emploi et Insertion
  • Habitat et cadre de vie
  • Actions éducatives
  • Prévention et délinquance
  • Prévention et santé

Les projets phares de la commune de Faa’a

  • Salle omnisports de Poheroa :

Mercredi 5 septembre 2012 dans le quartier de Heiri-Piafau, a inauguré la nouvelle salle omnisports Tavae a Poheroa, du nom du premier policier municipal de Faa’a, en 1965. Un exemple pour la population de Faa’a puisque cet homme s’est impliqué, sa vie durant, pour elle.

Cette structure sportive, de près de 185 millions Fcfp a été financée en partie par la commune, la Délégation pour le développement des communes (Pays) et le Contrat Urbain de cohésion sociale (CUCS).

Après quatre années de petites batailles (au niveau des financements, de l’accès au site etc.), la salle Poheroa est une « réussite » et « de grande qualité » selon le nouveau Haut-commissaire et illustre de manière quasi parfaite la réalité et le bien fondé des partenariats institutionnels en matière de politique sportive et sociale axée sur la jeunesse.

Le Maire a rappelé que cette salle a été construite pour elle afin de l’aider à lutter contre l’oisiveté et pour une meilleure cohésion, notamment intergénérationnelle… Cette belle salle accueillera de très nombreux jeunes qui jusqu’ici pratiquaient du « sport » sur les parkings environnants, du fait d’un manque de structure dans la zone de Heiri. Un dojo devrait également, à terme, être construit près de cette nouvelle salle.

  • La maison associative Hotuarea Nui :

Le 28 août 2009, le maire de la commune de Faa’a, Oscar TEMARU, posait la première pierre de la construction de 2 maisons associatives à Hotuarea.

Réalisée avec le soutien financier du Contrat Urbain de Cohésion Sociale de l’agglomération de Papeete (CUCS), cette opération s’inscrit dans la politique du développement éducatif et social de la commune de Faa’a. Elle favorise de surcroît les deux associations (Hotuarea Nui et Te Vai Fafa’a) du quartier insalubre, au développement de leurs activités actuelles dans des conditions optimisées.

En effet, outre la structure des locaux, les associations se sont vues offrir du mobilier et des équipements informatiques ainsi que des livres, utiles pour les différentes missions et activités qu’elles mènent en faveur des habitants du quartier. Les travaux et les équipements livrés, les élus du conseil municipal, Emma Vanaa, 6ème adjointe en charge du social en tête, l’administrateur M. JUMEZ, Roméo LEGAYIC, président du CUCS et la ministre de la solidarité Teura IRITI, ont pu inaugurer les locaux baptisés Te Vai Hotuarea Nui (combinaison des noms des 2 associations) le 10 décembre 2010 et les mettre à la disposition des associations. Un superbe cadeau de noël pour ces deux associations qui œuvrent depuis des années pour permettre aux habitants de Hotuarea et notamment les jeunes de réaliser des projets qu’ils ne pourraient mener à leur terme, seuls, faute de moyens.

Les 2 maisons sont composées de :

  • 2 bureaux de 37,20 m²
  • 1 salle d’activité de 46,50 m²
  • 1 salle informatique de 46,50 m²
  • 1 sanitaire de 26,50 m²
  • 1 réserve de 7 m²

Le projet a été financé à 60% par la commune (39 772 689 Fcfp) et 40% par le CUCS (27 313 106 Fcfp) pour un montant total de 67 085 795 Fcfp.

  • La maison associative Rautea :

Fondé en 1983 sur l’emprise foncière de la nouvelle mairie de Faa’a de l’époque, la structure d’accueil Rautea a fait peau neuve depuis le 6 octobre 2008 pour une durée d’un an de travaux.

Le coût de l’opération étant estimé à environ 153 millions de francs pacifiques et la participation financière était répartie entre la mairie à hauteur de 30 598 649 Fcfp, le Pays à hauteur de 45 897 973 Fcfp et l’Etat via le CUCS à hauteur de 76 496 621 Fcfp.

Le nouvel édifice est fonctionnel et comprend deux niveaux avec en rez-de-chaussée un préau, des bureaux, des sanitaires et une salle d’étude, et à l’étage des salles de réunion, de formation et d’informatique, ainsi que des bureaux mis à la disposition des associations telles que : As Tamarii Faa’a, Rautea Tennis Club et le Syndicat d’Initiative Taaretu.