PORTRAITS DES AGENTS

 

Pierre Nena, l’éternel brigadier de Faa’a, au grand cœur prend sa retraite bientôt !

DSC_0072

Pierre NENA

Imposant, impressionnant part sa carrure, sympathique et sportif Pierre fait partie de ces gens qui marque les esprits lorsque l’on les rencontre. Notre maui à nous, qui été agent de police à la mairie de Faa’a autrefois est sur le point de prendre sa retraite ! Allons à sa rencontre et découvrons ensemble ce sympathique personnage hyper actif et attendrissant.

Pour Pierre Nena, être policier était un rêve d’enfant. Il a débuté sa carrière en tant qu’agent de police municipale à la mairie de Faa’a le 1er octobre 1979 par concours avec tavana Helme. 4 agents ont été recrutés à cette époque (Franklin Hoata, Eric Leaou et Robert Voirin).

« Avec Edgar Tinorua comme chef, j’ai beaucoup appris dans mon début de carrière car j’avais à peine 19 ans ». Je fus nommé chef d’équipe puis chef de service en 1995. L’école nationale de police municipale de la commune d’Orange fut alors la suite logique de son parcours et Pierre a su s’adapter rapidement aux conditions de vie de la Métropole. Pïerre Nena, Yves Johnston et Patu Guillaume s’envolèrent en France pour poursuivre une formation d’encadrement.

L’année suivante, Pierre et Yves y retournent pour suivre une formation Chef de police municipale pour maitriser les armes et gérer des situations difficiles telles que les descentes dans les quartiers chauds jugés à risques. Heureusement, avec leurs carrures imposantes ce n’était pas difficile de se faire respecter par les jeunes. A l’époque (1995-1996), c’était le temps de la mise en place du dispositif « vigipirate » et la violence en France était bien présente.

Pendant cette formation ils ont été affectés à Avignon pour la mise en pratique des connaissances sur le terrain. Ils ont pu ainsi découvrir le Pont d’Avignon. Des visites des postes de police de D’Hyères, Saint Tropez puis à Nice pour le maintien de la sécurité et la sureté nationale de Monaco ont bouclé leur séjour. Il en garde de très bons souvenirs. Il regrette juste un peu qu’avec les connaissances qu’il a acquis, il n’a pas pu les mettre en pratique à l’époque. Aujourd’hui les agents de la police municipale ont gagné au niveau des compétences. Ils ont désormais le droit de verbaliser. Avant ce n’etait pas le cas, ce sont les gendarmes qui le faisaient.

L’année suivante Pierre découvre la ville de Tour pour suivre une formation d’un 1 mois et demi de chef de service de police municipale.

Pour lui, pratiquer un sport de combat ou tout autre sport c’est primordial pour être reconnu. Il faut que tu sois reconnu pour pouvoir acquérir une certaine notoriété et du respect. Rappelons que son père et sa famille étaient de grands sportifs, Maco Nena grand et célèbre champion de boxe de Tahiti.

Pierre Nena a adoré son métier de brigadier pour lui n’y a pas photo, pour faire ce métier il faut être passionné. S’il le pouvait il serait encore à ce poste aujourd’hui mais malheureusement la santé ne suit plus trop. Il a passé 29 ans à la police municipale sans regret malgré les contraintes du métier (toujours être disponible). La difficulté de ce métier pour Pierre c’est d’être confronté à la mort. Il a fini sa carrière comme conseiller technique à la direction de la sécurité publique et du citoyen. Il s’est occupé de l’adressage puis du recensement des tombes du cimetière Te Ea Nui.

La dimension sociale du métier de brigadier lui tient particulièrement à cœur. La proximité avec la population qu’un agent crée au fil des années c’est extrêmement gratifiant. Pendant toutes ces années Pierre a côtoyé les familles de Faa’a et connait désormais énormément de personnes.

Auparavant à l’ancienne mairie, nous étions une famille, tous les services étaient regroupés à ce lieu de vie et nous étions réellement soudés. Aujourd’hui lorsque je rentre dans un service, on ne sait pas qui je suis, je suis devenu un étranger dans ma propre mairie ! Ce n’est plus comme c’était ! Il regrette aussi qu’aujourd’hui les policiers passent en voiture rapidement avec les vitres fermées alors que lui il était toujours à l’écoute des gens et passait dans la commune lentement pour analyser ce qui se passe à gauche et à droite.

Pour conclure, il souhaite s’adresser aux jeunes et leur dire que la pratique du sport est primordiale pour se faire respecter et pour pouvoir se défendre lorsque tu te déplace en ville. Grace au sport, tu peux surpasser les épreuves difficiles de la vie. Au travail, dans la rue, tu es respecté, reconnu parce que toi-même tu appliques ces valeurs que tu souhaites inculquer aux jeunes. Tu apprends à te surpasser et les vraies valeurs de la vie : respect, humilité et fraternité.

(Retour au sommaire)


Hans TAMATI, le pompier qui change de tenue !

 

IMG_6188

Hans TAMATI, Policier municipale de Faa’a

Hans Tamati, marié et père de 2 enfants, a intégré la brigade de la police municipale de Faa’a depuis peu. Fils d’une mère garde-malades, il côtoie au quotidien infirmiers et policiers. Depuis son plus jeune âge, Hans exprimait à ses parents son souhait de devenir un jour pompier ou policier. Une aspiration qui ne lui a pas échappé. Aujourd’hui âgé de 28 ans, Hans est bien déterminé à persévérer dans son métier de policier municipale. Découvrons ensemble son portrait !

A 14 ans seulement, Hans TAMATI a commencé à travailler dans la construction. Désirant subvenir à ses besoins par ses propres moyens Hans poursuit dans cette voie. Après plusieurs petits boulots dans le domaine, il travaillera également 1 an chez les pompiers de Faa’a en tant que volontaire. Suite à cette expérience, une opportunité se présente à Hans.

Il est rappelé peu après pour s’inscrire à un concours afin de pouvoir intégrer pleinement la caserne. A cette époque, on comptait au total 14 inscrits, à l’issue de l’examen, 13 candidats avaient réussi et parmi eux Hans TAMATI, le plus jeune. C’est ainsi que Hans signe son CDI en tant que Pompier dans la commune de Faa’a.

Dans son métier de pompier, il évolue au grade d’équipier confirmé en participant à des formations. Après plus de 10 années de métier, il était temps pour Hans de changer et demande à être muté à la brigade de la police municipale de Faa’a. Une opportunité que la mairie de Faaa lui permet de saisir. Devenir policier ! Une nouvelle aventure qui commence pour Hans et un rêve d’enfant qui se réalise!

Désormais policier stagiaire depuis le mois de mai, Hans s’épanouit pleinement dans son travail. Pour Hans, ces deux métiers lui permettent de travailler pour la sécurité de la population mais différemment. En tant que pompier il sauvait des vies, et aujourd’hui, en tant que policier, il passe les menottes. « Ça change ! » dit-il.

En quête d’évolution, Hans, envisage prochainement de passer une formation qui lui permettra d’avoir davantage d’accréditations. La formation d’APJA : Agent de Police Judiciaire Adjoint.

Sa famille l’accompagne et lui apporte son soutien dans toutes ses démarchIMG_6187es. Sa petite fille elle, souhaiterait suivre le chemin de son père et devenir un jour policière.

Dans le plus grand respect du métier, c’est avec honneur et fierté que Hans TAMATI accomplie ses fonctions de Policier au sein de la brigade de la Police Municipale de Faa’a.

(Retour au sommaire)


JEAN-YVES TEAKUATAOA, Chef du service éducation à la mairie de Faa’a

 

D’une simplicité authentique et passionné de cuisine, Jean-Yves TEKUATAOA occupe depuis peu le poste de chef du service éducation à la mairie de Faaa. Pour vous, nous sommes allés à sa rencontre pour en découvrir un peu plus sur ce personnage. Découvrons ensemble son portrait!

IMG_6023

Jean-Yves TEKUATAOA, Chef du service éducation.

Dès l’obtention de son diplôme de Baccalauréat en Métropole, Jean-Yves revient au Fenua auprès de son père pour se lancer dans l’armement maritime. Une ouverture professionnelle qui lui offre l’opportunité de voyager et de découvrir les îles de la Polynésie Française. Et, c’est aux Marquises et à l’Est des Tuamotu que ses découvertes s’étendent.

Jean-Yves continue son parcours professionnel en travaillant en tant que chargé de mission à la Commission du développement des Archipels à l’Assemblée de la Polynésie-Française. Après 3 années d’expérience enrichissante, il se tourne vers un autre domaine : celui du commerce. En effet, il commence à travailler pour les groupes Euromarché puis Continent en tant que chef de département, puis Yamaha et le groupe Aline.

Plus tard, Jean-Yves décide de prendre une « année sabbatique ». Et c’est à destination de Nuku Hiva dans l’Archipel des Marquises qu’il embarque. Durant son séjour de repos, Jean Yves rencontre le premier adjoint et l’actuel maire de Nuku Hiva. Une rencontre qui n’est pas dû au hasard, puisque la disparition de Lucien Roo Kimitete amène ces représentants communaux à lui proposer d’intégrer la mairie de l’île en tant que secrétaire général adjoint. Jean-Yves accepte la proposition, et à l’issue de 3 années il décide de revenir sur Tahiti à Faa’a.

En 2005, le Tavana Oscar Manutahi TEMARU monte au pouvoir à la présidence du gouvernement. Jean-Yves est contacté par Désiré TOKORAGI. Il avait pour objectif de monter son cabinet du maire afin d’assurer la continuité du Tavana Oscar aux fonctions de 1er adjoint au maire. Désiré invite donc Jean-Yves à le rejoindre.

Et c’est dans le courant de la même année, qu’il intègre le cabinet du Maire et qu’il devient le directeur de cabinet de Désiré TOKORAGI. C’est un poste qu’il occupera jusqu’à la fin de la mandature du Tavana Oscar TEMARU en 2009. Par la suite, après un concours interne, il change de service en intégrant la DRH de la mairie en tant que chargé des emplois et des compétences.

Mais le périple de Jean-Yves ne s’arrête pas là, en 2012 après un second concours, il poursuit en devenant chargé des infrastructures de sports, loisirs et culture au service Animation Ville jusqu’en mai 2019.

IMG_3133

Jean-Yves TEKUATAOA aux côtés de Laurent HEINIS, Chef du service Animation Ville et de Nelia Frigout.

Aujourd’hui, chef du service éducation, Jean Yves a pour mission la prise en charge du personnel d’entretien des écoles de Faa’a, les bâtis scolaires, la cuisine centrale en lien avec les écoles et les centres de loisirs et vacances pour les repas. Il s’occupe également de la partie transport communal principalement dédié aux écoles et aux associations de Faa’a.

Ce service représente un effectif total de 92 agents communaux et 30 CAE, soit un effectif de 122 personnes. Un des plus gros services que compte la commune. Selon Jean-Yves, la gérance d’autant de personnel et les responsabilités qui lui sont confiées constituent tout le challenge de ce « nouveau » métier. Avec des agents volontaires et impliqués, Jean-Yves s’appuie sur leurs compétences pour pouvoir diriger au mieux son service. « Pour moi, il s’agit d’un challenge de reprendre un service ! »

Heureux d’être en arrivé là aujourd’hui, Jean-Yves nous partage ce message : «  Dans la vie, Il faut vivre ses passions et si dans son métier on peut se passionner pour son travail c’est encore mieux. »

(Retour au sommaire)


KOBA TEKURIO, chargée de l’emploi et de l’insertion à la mairie de Faa’a

 

IMG_2324

Koba TEKURIO et son assistante Alicia.

Accueillante et dévouée, Koba TEKURIO occupe depuis peu le poste de chargée de l’emploi et de l’insertion à la mairie de Faaa. Prête à accueillir plus d’un, Koba nous présente son métier.

Titulaire d’un BTS secrétaire de direction, Koba se lance dans diverses activitées avant d’intégrer la direction des ressources humaines de la mairie de Faaa. Après 17 années de travail au sein de cette direction, un besoin de changement se dessine pour Koba. Elle souhaite se rapprocher de la population.

Après réflexion, Koba se tourne vers un public particulier : les demandeurs d’emploi. L’accompagnement de ces personnes vers un avenir meilleur suscite chez elle un intérêt particulier. Pour Koba, l’obtention d’un emploi est souvent cruciale pour une famille. Elle dirait même que « trouver du travail pour une personne, c’est aider une famille ».

IMG_2329

Des demandeurs d’emploi en salle informatique.

Aujourd’hui, Koba a pour objectif d’accompagner les demandeurs d’emploi dans l’élaboration d’un parcours favorisant leur insertion professionnelle (curriculum vitae, lettre de motivation, inscription à des formations professionnelles). Par son aide et son soutien, elle espère amener ces personnes vers des formations ou des emplois qui leur correspondraient au mieux.

IMG_2327

Panneau d’affichage des différentes annonces d’emplois.

Pour se faire, une salle informatique située au bâtiment RAUTEA, dont Koba est la responsable, est ouverte du lundi au jeudi de 7h30 à 15h30, et le vendredi de 7h30 à 14h30. La mise à disposition de cette salle représente une aide supplémentaire bénéfique aux demandeurs d’emploi, notamment dans la rédaction d’un CV ou encore d’une lettre de motivation.

De plus un tableau d’affichage a récemment été installé dans cette salle pour permettre à la population de consulter sur les différentes offres d’emplois proposées au Fenua.

 

(Retour au sommaire)


 

Heiarii TINORUA, Pompier dans la commune de FAA’A

 

DSC_0139

HEIARII TINORUA, pompier dans la commune de Faa’a

De nature joyeuse et dynamique, Heiarii TINORUA est un sapeur-pompier hors pair qui est toujours là pour son prochain. Formateur bénévole pour les formations internes de Sauveteur Secouriste du Travail, Heiarii nous raconte son parcours.

Attiré par le métier de pompier depuis son plus jeune âge, Heiarii se donne les moyens pour y parvenir.

En 2004, il s’engage au Régiment du Service Militaire Adapté de Polynésie Française plus connu sous l’abréviation de RSMA. Se spécialisant dans la branche APS (Agent de Prévention et de Sécurité), Heiarii sort major de sa promo après 10 mois de formation. Par la suite, il intègre une société privée de gardiennage, Tahiti Vigile, où il reste 3 ans.

Au bout de ces 3 années, Heiarii se diversifie et se retrouve à faire plusieurs métiers en tout genre en passant de constructeur de maison à jardinier. Pour Heiarii il n’y a pas de limites, son objectif reste la réussite.

En 2008, alors qu’il travaille dans le domaine du terrassement une occasion se présente à lui. La commune de Faa’a recrute des sapeurs-pompiers pour renforcer ses équipes. Sautant sur l’occasion, il tente le concours d’entrée et passe avec succès les tests physique et oral. C’est donc le 1er décembre 2009 que Heiarii intègre la brigade des sapeurs-pompiers de Faa’a. Il passe toutes les formations nécessaires PSE1, PSE2 et incendie dès son entrée dans la commune. A la fin de l’année, il fêtera 10 années de service pour la population de Faa‘a.

DSC_0047

Formation extincteur pour les élus.

Dans son métier de pompier Heiarii est équipier au grade de caporal. Il participe aux missions et aux services d’incendie et de secours en qualité d’équipier. Etant également formateur, il dispense des formations de secourisme c’est-à-dire : Agent Secouriste du Travail, PSE1 et PSE2 (secours en équipe niveau 1 et 2), premiers secours et évacuation incendie.

En tant que sapeur-pompier et formateur, Heiarii fait preuve d’altruisme et souhaite partager son savoir pour former de nouveaux acteurs de la sécurité. Dans ce cadre, il intervient d’ailleurs au collège Henri Hiro auprès des cadets de la sécurité. Il y dispense des formations sur la sécurité civile, et leur explique en détail le métier de pompier et les valeurs qui s’y rattachent. L’objectif de ces formations est de les responsabiliser à ce que demain ils puissent être acteur de la prévention à aussi bien à l’école que dans leurs foyers.

 

DSC_0066« Tous vos rêves peuvent devenir réalité si vous avez le courage de les poursuivre. » Walt Disney

C’est sur ces belles paroles que nous terminons ce portrait et espérons vous avoir donné l’envie de poursuivre vos rêves comme l’a fait Heiarii TINORUA.

 

(Retour au sommaire)